24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 09:37

«La photographie est un couperet qui dans l'éternité saisit l'instant qui l'a éblouie», disait Henri Cartier-Bresson. Et avec ce couperet, les photographes capturent des baisers. István Zsíros, photographe hongrois, en a attrapé un. Un rare. Un qui résonne si fortement avec son époque qu'il a déjà fait le tour de Twitter et de Facebook. C'est celui que se sont échangés deux réfugiés sur l'esplanade de la gare de Keleti à Budapest, le 30 août 2015. Source : http://www.slate.fr/ Musique : Jacques BREL

Partager cet article

Repost 0
Published by notretransat650.fr - dans Les vidéo de "Titi reporter"
commenter cet article

commentaires