27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 06:23

Les vidéos de mon voyage à bord de KELONE sont souvent longues de 15 à 30 minutes. Il ne s'y passe souvent pas grand chose. L'image manque de stabilité et le son est plus au moins audible. C'est de la prise de vue avec du matériel non professionnel et du montage tout aussi amateur.

Cliquez ici pour accéder aux vidéos

 

Comment vous dire...

 

Comment vous dire le temps qui passe à bord d'un voilier quand on part en mer plusieurs jours et nuits de suite. En fait il passe vraiment lentement au rythme de la marche du bateau. Il flâne. Il se remplit de vide et se dilate. On le trouve parfois bien long tant on peut y côtoyer l'ennui.

Comment vous dire le vide à bord d'un voilier : le paysage change lentement et il n'y a pas grand chose à faire et pas souvent grand chose de nouveau à regarder.

Comment vous dire l'instabilité à bord d'un voilier sur l'océan. Ca bouge tout le temps qu'on soit assis ou debout et plus la mer se lève plus ça secoue. On est bien éloigné de son fauteuil devant son ordinateur ou sa télé.

Comment vous dire le son en mer : c'est rarement du silence même dans la pétole : ça couine, ça clapote alors. Mais dans la tempête le vent devient assourdissant et on est obligé de se crier dessus pour se faire entendre.

Comment vous dire le côté amateur : c'est des petits films à montrer à la famille ou aux amis et aussi à ceux qui ont partagés le voyage. Et certains je ne les reverrai pas de sitôt.

Comment vous dire enfin : ces petits films sont à l'opposé du format des chaînes d'information des TV et de son traitement de l'information en continu.

Ils sont aussi totalement inadaptés à l'usage que l'on peut faire en survolant les posts de son FACEBOOK ! Parce qu'on à tout juste pas le temps ou qu'on ne le prend plus quand on en a.

 

Alors si malgré tout vous désirez les regarder et bien merci d'avoir tenté de partager un peu de notre voyage à bord de KELONE. Sachez qu'il a duré quatre vingt heures.

Un tour dans le golf en 80 heures : ça peut vous paraître trop long, mais Dieu que c'était trop court.


 

Mais aussi voici le temps d'autres AVERTISSEMENTS :

 

Quand on part en voyage en mer vers la Corogne c'est un peu comme si on partait à pied vers Saint Jacques de Compostelle. On fait comme qui dirait une sorte de pèlerinage. On se retrouve beaucoup avec soi même, un peu avec les autres.

Et quand on revient d'un pèlerinage, on a envie de rapporter des bonnes nouvelles.

Moi qui suit athée, je ne peux vous révéler que le Christ est ressuscité ou que Alla est grand. Je n'ai toujours pas eu cette révélation.

Quand on revient d'un grand voyage, ce qu'on a envie de raconter s'estompe très vite avec le temps, d'autant plus vite que l'on replonge dans sa vie normale d'avant.

Et puis on n'a pas souvent le temps de raconter, pas les mots pour le faire, pas les images pour bien montrer et de tout façon les autres n'ont plus de temps pour vous écouter.

Il se trouve que je suis revenu de ce dernier voyage en mer comme qui dirait déconnecté avec le monde réel et reconnecté avec moi-même.

Il se trouve cette fois-ci que je n'avais pas grand chose de très urgent ou de très prenant à faire à mon retour. Alors je me suis d'abord mis à écrire pour vous raconter notre voyage.

Puis dans la foulée j'ai monté quasiment toutes les images que j'avais ramené : pour continuer à partager ce voyage pour moi si extraordinaire. Peut-être aussi sûrement continuer à le faire vivre en moi.

Cela m'a pris une semaine pour écrire et une autre pour monter les films pas à temps plein certes car il a bien fallu plomber un peu.

Il se trouve qu'entre temps, il y a eu les attentats à Paris.

J'étais si loin de ça.

Si loin de penser à ça.

Si loin de penser ça.

Quand on partage ses écrits ou ses images sur facebook, quand on s'oblige à publier chaque semaine une annonce puis le lien d'une émission de mon émission de radio, on voit aussi forcément les posts de ses amis. Et il se trouve que sur mon FB j'ai mille deux cents amis. Pour dire vrai combien sont mes amis? je ne veux pas faire le compte. Combien en reconnaîtrais-je dans la rue, combien m'ont adressé la parole ? Bien moins ; si j'ai tant d'amis, c'est que mon compte FB c'était juste fait pour parler voile, suivre son actualité filtrée par des passionnés de voile comme moi.

Mon FB était dédié à la promotion de mon projet de mini-transat avant et de mon émission de radio maintenant. C'est avec mon site des «outils de com» comme on dit.

Et quand il se passe un truc important, ou pire un attentat tout le monde se met à donner son avis ou à relayer des avis qu'il partage.

Et ce que j'ai vu m'a fait peur.

Peut-être que si je n'étais pas parti en voyage cela m'aurait fait moins peur, mais là j'avais peut être fait trop de vide en moi, j'étais comme une éponge assoiffée d'information.

Alors grandit mon malaise.

Ce n'était pas la peur l'origine du malaise, je me suis senti toujours parfaitement en sécurité, moi près de mes proches et bien loin de Paris.

J'ai vite su que mes cousines parisiennes étaient toujours de ce monde et en fait je ne compte que peu de relations à Paris. Je n'avais pas non plus fréquenter les lieux dont il était question.

Et puis je crois que je n'ai pas peur de la mort; je sais que la vie peut s'arrêter. En fait elle doit forcément s'arrêter pour dire plus vrai. Jusqu'à preuve du contraire nous sommes mortels.

Cela n'empêchait pas la compréhension de l'horreur de la tuerie qui venait de se dérouler. Cela n'empêchait pas ma peine, la tristesse et la compassion.

Ce qui m'a fait peur, c'est cette inexorable montée de haine et du patriotisme va t'en guerre.

Ce qui m'a fait peut c'est la libération de la parole raciste.

Ce qui m'a fait peur c'est cet élan vers un état ultra-sécuritaire qui quant il se met à combattre l'ennemi de l'intérieur et les ennemis de l'extérieur conduit au totalitarisme et au fascisme.

Ce qui me faire peur c'est que la haine soit mise que la haine mise.

Ce qui m'a fait peur c'est que tout ça s'est fait illico presto au moment de la compassion pour les victimes, au moment au l'on voyait fleurir partout le symbole «Peace and Love» et l'on ne se lassait pas d'écouter «Imagine» de John Lenon :... imagine un monde sans arme, un monde de paix...

Ce qui me fait peur c'est comme qui dirait cette volonté de repartir en croisade pour occire du musulmans. Avec cette volonté d'en finir une fois pour toute avec les arabes.

Je suis primaire comme beaucoup de mes concitoyens et quand j'entends la Marseillaise, je me dis qu'il faut prendre les armes et aller tuer les impurs.

Aller prendre des armes, aller vendre des armes pour aller faire la guerre pour protéger ma fille et ma compagne.

Aller semer aussi la désolation, la misère et le malheur partout ici et ailleurs.

Je ne supporte plus de voir scander la marseillaise par de la mauvaise graine de fâcheux fascistes.

Je ne supporte plus ce slogan de liberté, d'égalité, de fraternité associé à notre république. Il est inscrit sur le fronton de nos mairies depuis combien de temps ? Trop longtemps pour que nos élus qui le voient tous les jours y accordent la moindre attention.

Liberté : protégeons les par l'armée et l'état policier,

Mais de quelle liberté parle-t-on ? celle des puissants qui ont toujours plus jusqu'à l'écoeurement et qui auront de toute les façons les moyens de se protéger dans leur bunkers dorés, ou qui migreront ailleurs dans quelques paradis fiscaux et apaisés?

Mais de quelle égalité parle-t-on ? Elle est où l'égalité ? En France ? Dans le monde ? L'égalité de quoi au juste ?

Mais de quelle fraternité parle-t-on ? Où est elle passée la fraternité ? Comment peut ils avoir de la fraternité avec tant d'inégalités? C'est quoi la fraternité qui nous reste au juste ? Celle réduite à sa propre famille et son petit cercle d'amis dans nos mondes égoïstes voir égo-centrés ?

Allez donc tous au Diable la fleur au fusil.

 

Souffle Thierry, calme-toi. Respire.

 

Sors revoir les étoiles, souviens-toi de ces moments de grande plénitude au milieu de l'océan.

Souviens-toi de ces phares qui te guidaient dans le noir.

Va, met toi en marche vers la lumière.

Raccroches-toi à tes rêves, retrouves ton âme d'enfant.

Rapproche-toi aussi de tous ceux qui quand la nui tombe t'éclairent de leur lumière.

Ré-écoute encore et encore AMESEIM et sur ses épaules redécouvre sa vision de la liberté, l'égalité, la fraternité. C'est aussi la tienne.

Soit fier de ces valeurs universelles toi qui te sent un citoyen du monde plus que celui d'un pays.

Allume la lumière et laisse ton côté sombre.

Va prêcher la bonne parole comme te le dis ta mère.

Sors dehors, va au devant des gens.

Va avec empathie vers les autres le sourire au lèvre.

Va dans les bars les plus glauques pour aller porter la bonne parole au gens.

Va porter la différence avec intelligence et tolérance à ceux qui sont différents.

Va les écouter les entendre et faire entendre aussi leur désespérance.

Va toucher en eux leur coeur d'enfant.

Tu reviens d'un pèlerinage en mer alors pars sur la terre dire la paix aux gens. Leur dire aussi la joie de rencontrer des êtres différents.

Sois l'apologue de la diversité et la tolérance.

Sois bienveillant et montre ta compassion pour tous les enfants du monde, pour toute humanité en souffrance, pour toutes espèces en péril.

«Va juste faire ta part comme le colibri qui s'en est allé éteindre le grand incendie avec une goutte d'eau dans son bec sous le regard moqueur du Lion qui s'enfuit».

Rejoins la nuée de colibri qui dépose sur les matins du monde autant de gouttes de rosée.

Pars faire ta part, ni plus ni moins sans pavoiser.

 

Et ré-écrit ta Marseillaise : c'est juste une histoire de mots.

REFRAIN

Désarmes citoyens,

quittez vos bataillons,

marchons marchons,

qu'un amour pur,

abreuve nos sillons.

I

Allons ! Enfants de la Patrie !

Le jour de gloire est arrivé !

Contre nous de la tyrannie,

L'étendard flambant est levé ! (Bis)

Entendez-vous dans la capitale

Surgir ces atroces soldats ?

Ils viennent jusque dans vos bars

Exploser vos fils, vos compagnes

REFRAIN

II

Que veut cette horde d'esclaves,

De traîtres, de rois conjurés ?

Pour qui ces ignobles entraves,

Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)

Français ! Pour nous, ah ! Quel outrage !

Quels transports il doit exciter ;

C'est nous qu'on ose méditer

De rendre à l'antique esclavage !

REFRAIN

III

Quoi ! Des cohortes familières

Feraient la loi dans nos foyers !

Quoi ! Des phalanges mercenaires

Terrasseraient nos pairs attablés ! (Bis)

Quoi ! Nos mains seraient enchaînées !

Le Front sous le joug se déploierait !

De vils despotes deviendraient

Les maîtres de nos destinées !

REFRAIN

IV

Tremblez, tyrans et vous, perfides,

L'opprobre de tous les partis !

Tremblez ! Vos projets parricides

Vont enfin recevoir leur prix. (Bis)

Tout est français pour vous combattre.

S'ils tombent, malgré tous nos mots.

La terre en produira de nouveaux

Contre vous tout prêt à se battre.

REFRAIN

V

Français, en guerriers magnanimes

Portons ou retenons nos coups !

Épargnons ces tristes victimes,

A regret, s'armant contre nous ! (Bis)

Mais ce despote sanguinaire !

Mais ces complices de Bashar !

Tous ces tigres qui, sans pitié,

Déchirent le sein de leur mère !

REFRAIN

VI

Amour sacré de la Patrie

Conduis, soutiens nos bras rêveurs !

Liberté ! Liberté chérie,

Combats avec tes défenseurs ! (Bis)

Sous nos drapeaux que la Victoire

Secoure les mères et leurs enfants !

Que tes ennemis fraternisant

Partagent notre triomphe et notre espoir !

REFRAIN

***

COUPLET DES ENFANTS

Nous entrerons dans la lumière,

Quand nos aînés n'y seront plus ;

Nous y trouverons leur poussière

D'étoile et toutes leurs vertus. (Bis)

Bien plus curieux de leur survivre

Que de pleurer sur leur cercueil

Nous aurons le sublime orgueil

Que dans la paix ils nous sourirent.

REFRAIN


 

PS : en gras les passages modifiés. Voir ce lien pour les paroles originales


 

Partager cet article

Repost 0
Published by notretransat650.fr - dans Mon journal de bord
commenter cet article

commentaires

Partenaire Radio

NEWS : ce blog à 5 ans !

- INDEX ALPHABETIQUE DES INVITES DES EMISSIONS

- SOMMAIRE THEMATIQUE DES EMISSIONS SPECIALES

- SOMMAIRE CHRONOLOGIQUE DE TOUTES LES EMISSIONS

Rechercher

Mentions légales

Site :    www.notretransat650.fr

Contact : thierry@notretransat650.fr

telportable

  06 29 77 40 15

Consultez ce blog depuis votre mobile

directement à l'adresse suivante :

http://notretransat650.over-blog.com/m/