24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 16:37

Il pleuviotait sur La Rochelle ce matin-là,

c'est Noël à minuit, à l'abri aux Acacias,

Café serré à la turc je m'évade dans leur monde.

Plus tôt nous faisions les folles chez Hortence,

vêtus de robe de grand-mère

qui nous replongent dans l'enfance.


Comment vous dire...

 

J'y ai croisé la petite Marie, celle qui jadis tenta aussi, faire du mini avec Ti'punch.

Et elle me dit : «Comment ça va ?... Et la mini tu l'as feras ?»... Et patati et patatatra.

Je ne sais plus, je ne sais pas.

Tout comme Icare, je me suis brûlé en essayant de mettre les voiles.

Tout comme Don Quichotte, je suis allé combattre les anémomètres.

Au bout de quatre ans d'espoirs déchus, je me sens vide comme une exangue.

Tout comme au Père Noël, j'y ai tant cru l'année dernière à la lecture du magazine Voiles et Voiliers et en contemplant vos selfies de Noël avec la promesse d'un nouveau bateau pour repartir m'entrainner au pôle.

 

Et pourtant, faute de partir le nez au vent, loin sur la mer en navigant, tout balloté par l'océan, j'ai gardé un rendez-vous, un rendez-vous avec vous.

Vous les marins, vous les «voileux», qui acceptèrent un jeudi soir, de venir causer dans un micro pour leur passage à la radio.

Mine de rien, semaine après semaine, vos récits s'accumulent.

Pour rien au monde je ne voudrai qu'ils se perdent.

En garder trace pour offrir à tous ceux qui par hasard tombent dessus, soient submergés par vos mots.

Qu'ils entrevoient votre passion et cette lueur de liberté qui les guideront vers un bateau pour un jour ou peut-être une nuit prendre ou reprendre la mer en partage.


 

En ce jour de noël, je vous ai emballé un petit cadeau :

C'est un nouveau PLAYER tout à la droite sur la page de mon émission de radio Notre Transat, de notre émission de radio Vos Transats.

Juste en cliquant, vous pouvez maintenant écouter des flots de mots, 140 heures de son.

Par quoi faudrait-il commencer ?

Voilà déjà une semaine que je tente de classer les 240 personnes qui sont venus causer à la radio par catégorie, par thème, par profession, par type de bateau....

En vain.

Vous êtes tous des marins plus ou moins au long court.

Et il est bien difficile de mettre un marin dans une case.


 

Quelle serait le top des plus belles émissions ?

Impossible également de répondre, de vous donner la moindre indication.

Consultez l'INDEX ALPHABETHIQUE des participants ou la LISTE CHRONOLOGIQUE des émissions (sous le diaporama des photos des invités) : vous commencerez peut-être par des personnalités les plus connues ou l'une de vos connaissances.

Mais sachez que j'ai appris en faisant ces 132 émissions, que tous les récits se valent et qu'importe la taille du bateau, qu'importe la performance, qu'importe le voyage, toutes ces histoires sont des invitations à prendre un peu le large.


 

Mine de rien au bout de trois ans de radio, je tiens à vous dire que ces petits rendez-vous avec vous, toutes les semaines de ma nouvelle vie d'«apprenti-journaliste-bénévole», m'ont aidés à «sur-vivre» et à rester un tant soit peu debout dans la tempête et les dépressions.

Alors je voulais juste en ce jour de Noël vous remercier pour tous ces cadeaux que vous me faites en acceptant de venir parler dans le micro.

Et remercier aussi ceux qui écoutent et qui parfois m'en disent du bien.

Alors dans un monde toujours plus violent et indifférent, restons bienveillant,

et surtout continuons de nous raconter des histoires.

Et parmi mes invités certains m'ont invité à naviguer sur leur bateau, pour des régates d'un jour, un bout de convoyage ou un début de voyage. Je tiens chaleureusement à les remercier.

Joyeux noël à tous.


 

PS : C'est la veille de Noël donc et je vais donc bientôt me retrouver au pied du sapin chez le grand père de ma fille pour déballer d'innombrables cadeaux comme autant de preuve d'amour familial. Je voulais aussi remercier ce grand-père pour avoir il y plus de trente ans créé RADIOCOLLEGE. Pour avoir ainsi donner la chance à tant d'enfants, d'ados ou d'adultes de se retrouver autour de ses micros dans un studio qu'il a construit de ses propres mains, juste avec sa farouche frustration de pédagogue, son altruisme et son grand coeur.

Remercier aussi Thierry LECOQ, mon compère de l'émission et salarié-permanent depuis le début de cette radio de faire en sorte que l'on s'y sente bien accueilli.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by notretransat650.fr - dans Mon journal de bord
commenter cet article

commentaires