21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 08:28

Je me rappelle c'était un jeudi, qu'avais je donc bien pu faire ce jour là.

Le vent était glacial, la mer d'un bleu acier et le ciel azur.

Mes mains congelées par un aller en scooter tentaient se réchauffer sur la tasse d'un café.

Benoît était rieur bien qu'un peu bredouille puis parti sans moi remettre la bôme de KRITER.

Tolga causait de Vendée à Philippe et Valérie était apparue pour tout illuminer.

Au coin du bar, j'avais mis en ligne l'annonce de mon invité du soir, changé ma couverture et ma photo de profil histoire de terminer le deuil.

De retour au jardin j'ai de nouveau épié si l'ombre du figuier n'allait pas faire ombrage aux jeunes pousses de gazon semées sans trop espoir.

Christophe m'avait appelé pour le numéro de Jean-Yves et pour finaliser d'incroyables projets.

Puis parce qu'il fallait quand même bien faire quelque chose entre les allées et venues de ma belle adolescente qui s'inventait sans moi son avenir rieur, j'avais ressorti mon proto de vielle planche à voile pour lui refaire une vierge beauté.

Au bout de quelques heures d'un travail lascif, je réussi seulement à lui appliquer un pansement de résine qui me fallait poncer et aussi nettoyer mes reliques de voiles.

Alors je me décida de repartir chercher mon karcher : prétexte à rendre visite à mon bateau préféré.

Jean-Yves dormait encore et n'avait pas de ponceuse mais me dit d'en acheter une qui lui serait utile.

Je n'eus pas l'énergie d'aller au bout du ponton filmer le trop long renflouage du Manuel Joël.

La foule était compacte au Merlin de LEROY.

Des gens beaucoup comme moi semblaient y venir chercher quelques bricoles pour tenter de s'occuper.

Je me souviens aussi qu'une fois à la caisse, j'ai du y laisser ma flambante neuve ponceuse sous le regard rieur d'une caissière étonnée d'apprendre que j'avais encore oublié mon portefeuille sous l'ombre de mon figuier.

Mais déjà c'était l'heure d'aller rejoindre Eric pour lui faire causette devant des micros sourds aux vacarmes du monde.

Après à la maison il nous fallut manger un plat de ravioli tout juste gratiné.

Puis nous nous blottissâmes au fond du canapé devant « Les beaux jours » d'un Dunkerque sublimé, où une Fanny fatale trompait allègrement son vieux Pascal en Chesnais.

La fin était heureuse et ils finirent tous deux enlacés dans les vagues comme jadis là-bas nous nous étions aimés.

Et nous nous rassurâmes de notre fidélité de bisous dans la nuque en songeant en secret à tous nos beaux passants, à toutes nos belles passantes.

 

Et il y eu la pub et juste après l'annonce : là-bas aux bas des champs un type avait tiré sur un flic en faction et il l'avait tué. La police en retour avait égalisé.

C'était déjà la fin des beaux jours : tout allait s'emballer.

Ils nous restait juste l'espoir que tout ce tumulte des gens opprimés, respecte les portes de notre jardin secret où l'on pourrait éternellement singer le bonheur illusoire de la vie entre soi.

Je me souviens c'était un beau jeudi lumineux et glacial, un jeudi de déprime à nouveau assumé.

Et puis mon père m'écrit dans son poème du jour que malgré tout : il faut raison garder.

Faire semblant de vivre d'amour et d'eau fraîche l'espoir raccroché aux passions enfantines.

 

C'était un beau jeudi d'avril et il nous faudra désormais plus se découvrir de nos gilets pare-balles.

De ne plus compter que sur la force des mots pour occulter les maux et toutes nos écorchures.

C'était un jeudi : le bonheur avait quitté le pré carré de nos certitudes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by notretransat650.fr - dans Mon journal de bord
commenter cet article

commentaires

Partenaire Radio

NEWS : ce blog à 5 ans !

- INDEX ALPHABETIQUE DES INVITES DES EMISSIONS

- SOMMAIRE THEMATIQUE DES EMISSIONS SPECIALES

- SOMMAIRE CHRONOLOGIQUE DE TOUTES LES EMISSIONS

Rechercher

Mentions légales

Site :    www.notretransat650.fr

Contact : thierry@notretransat650.fr

telportable

  06 29 77 40 15

Consultez ce blog depuis votre mobile

directement à l'adresse suivante :

http://notretransat650.over-blog.com/m/