5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 00:00

journaldebord

Bonne santé et que du bonheur pour vous et vos proches.


Comment débuter ce premier chapitre de l'année.


Déjà, comme j'ai envoyé la version du livre 2 : «L'année sens» à l'imprimeur, et pris le temps de le remettre au bon format, je sais que ce livre commençait déjà par un chapitre qui s'intitulait pareil. Donc c'est pas très original. Reste à savoir si le 3ème livre qui commence se conclura encore par un constat d'échec.

Mais les parties d'échecs, j'aime bien ça. Et je suis prêt à en rejouer une, bien que conscient que le temps pour jouer mes coups sont comptés par la pendule. J'ai pris du retard sur mon adversaire, j'ai pris du retard sur la vie, sur mon rêve, sur mon destin.

Mais il en est ainsi, il devait en être ainsi et je vais continuer à vous raconter mon projet de mini-transat 2017 maintenant.

Et j'aime bien le 17 dans cette date !

 

Vous dire aussi que j'ai bien conscience de vous gonfler avec mes histoires, mes chapitres de «mon journal de bord» de «l'homme sans bateau» comme il est si bien explicité dans le dernier numéro de Voiles et Voiliers.


C'est drôle cet article, je me souviens de ce que j'avais écrit sur le dos de la couverture du premier livre «Fiéffées galères» une sorte de fausse critique de promo : «Un extraordinaire voyage entre les mondes virtuels et réels»- le magazine Poëles et Voiliers.

Ca m'avait fait rire et jamais je n'aurais à l'époque un instant osé imaginer que le vrai magazine Voiles et Voiliers me consacrerait six pages deux ans après. Deux ans sans bateau avec mon projet en rade. Au mieux je pouvais espérer un petit entrefilet après avoir terminé dernier d'une mini-transat...mais ça non !


Comme quoi dans la vie, il ne faut pas désespérer de ses bonnes idées, de ses projets pour changer sa vie. Il ne faut pas non plus trop écouter les sceptiques bien que le temps semble leur donner raison.


Mais force est de constater que la parution de cet élogieux article ne change pas grand chose et que ma vie n'a pas fondamentalement changée dans le sens où je pouvais l'espérer : me retrouver seul en mer, en course sur un voilier pour traverser l'Atlantique. J'en suis loin et toujours au point de départ sans pouvoir trouver les moyens de commencer à me confronter à l'apprentissage de la navigation en solitaire en disposant d'un bateau pour le faire.


Mais ma vie à tout de même changée dans plusieurs aspects que je ne pouvais pas

imaginer au début de mon aventure.

Il y a d'abord l'écriture et ensuite la radio.

Ces deux nouvelles activités m'ont permis de partir à la rencontre du monde merveilleux des marins de tout bord. Et c'est une véritable chance de pouvoir ainsi élargir son cercle d'amis à cinquante balais. C'est passionnant, enrichissant même si je passe pour un extra-terrestre ou plutôt un extra-marin, qui ne fait que se vanter qu'un jour il le deviendra : marin.


Cette forme de communication narcissique est foncièrement barbante et vous imposer la lecture de mon journal intime doit être une sinécure.

 

Mais c'est la seule cure d'une sorte de scénario d'un projet de film que je m'impose car je ne vois pas d'autres moyens de trouver des partenaires, des sponsors, des mécènes qui me permettraient un jour d'aller plus loin dans l'accomplissement de mon projet, de notre projet puisque l'idée c'est bien de la partager «notre transat».


Ah si, il y a bien un truc qu'il faut que je vous dise. J'ai reçu un mail suite à la parution de l'article «L'homme sans bateau».

En fait c'est un mail d'un abonné du journal qui écrit à la rédaction de Voiles et Voiliers. La rédaction l'a transmis à Julie, l'auteur de l'article, qui me l'a ensuite transféré. Et c'est en le lisant que j'ai appris que l'article était paru :

«Bonjour,

Excusez moi de vous importuner, mais je n’ai pas trouvé le mail de julie Bourgois.

je voudrais la féliciter chaleureusement car si jusqu'ici je lisais en souriant de plaisir ses articles “j’irai dormir dans votre bannette” ,” l’homme sans bateau” m’a plu au delà de tout, et l’écriture y est pour beaucoup!: digne d’un “rôle de plaisance” le fameux bouquin de Jacques Perret, ou d’un dessin de Peyton. je me suis régalé , non, ce n’est pas au dépend de ce navigateur néophyte , trop sympathique et surtout plein d’humour, mais c’est plutôt exceptionnel de voir quelqu’un vivre des situations périlleuses avec tant d’humour alors que d’autres ont tant stressé dans les mêmes scénarios.

Et comme j’habite La Rochelle , et que je suis plus doué pour naviguer en réel qu’en virtuel, je proposerais volontiers à Julie Bourgois de transmettre à Thierry Anton mon invitation à venir découvrir une autre façon de naviguer qu’en se faisant peur sur un mini : cool, avec des amis , de la musique et de l’eau sous la quille (j’ai un bon sondeur) en père pénard comme chantait Brassens, même si en bateau,l’aventure n’est jamais loin .. Cela lui donnera peut être l’idée de changer de rêve,... ou pas.

bien cordialement, Patrice».

Voilà, je n'ai pas encore contacté Patrice, mais je retiens son invitation qui sera une belle occasion de vous raconter une vraie navigation sur un vrai voilier avec des copains de bord, des copains d'abord.


Autre chose aussi, j'ai reçu un deuxième mail d'un lecteur d'outre-mer.

Il s'appelle Xavier mais je ne vous en dirais pas plus. J'ai tant eu depuis le début de mon projet des bouffées de fol espoir qui ne se sont pas au final concrétisées.

Ces bouffées finissent au bout du compte par m'étouffer. Par éteindre petit à petit la flamme qui m'anime, qui anime mon âme, qui fait encore briller ma vie d'espoir d'un ailleurs, d'une autre vie possible.


Donc je ne vous en écrirai pas une ligne de plus tant que je n'ai pas la certitude que cela peut contribuer à faire avancer mon projet, à faire avancer le chmilblic.

Pas une ligne de plus car c'est une sorte de ligne de survie.

Une sorte de ligne hallucinogène qui peut permettre momentanément de sur-vivre, de sur-jouer sa vie.

Une ligne blanche à franchir.

Une ligne d'horizon lumineuse de l'océan au soleil levant.

Une ligne pour partir à la pèche en mer... à la pèche aux sponsors.



Voilà bonne année donc les amis, merci à vous de continuer à supporter la lecture de «mon journal de bord».

Et pour avoir l'occasion de nous souhaiter en vraie la bonne année en nous claquant de fraternelles bises et si cela n'est pas fait avant, je vous invite le jeudi 22 janvier prochain à 20h30 à la Maison des associations pour l'assemblée générale de l'association Notre transat.


Merci à tous les participants (une trentaine pour l'instant) qui ont eu la délicate attention de m'envoyer un petit selfie avec le magazine Voiles et voiliers en main. Merci à Franck qui m'a donné l'idée de ce petit jeu-concours-photo.

couvertureFB-SELFIE-38-photos.jpg

Vous pouvez encore participer car la date limite d'envoi est fixée au 19 janvier, date du retrait du magasine en kiosque. Vous pouvez aussi consulter l'album photo et voter en "likant" sur FB celle que vous préférez.


A bientôt, au 22 nous v'la ensemble peut-être avec le programme des festivités suivant : élection des meilleurs selfies, présentation du livre «Notre transat – saison 2- l'année sens» et galette de l'amitié.

Pas grand chose d'autre à dire dans ce premier chapitre de l'année et «quand on a pas grand chose à dire on ferait mieux de fermer son clapet»... alors clap de fin.



Pour info il y n'a eu depuis le dernier article de «mon journal de bord» deux émissions de radio notre transat. Là c'est en fait une nouvelle émission qui s'appelle «Bienvenus à bord». Ca parle de bateau. Cette émission trouvera une place dans la grille de RADIOCOLLEGE à la place de l'émission d'entretien avec des marins «Notre transat» pour éviter les rediffusions.

Cela faisait plusieurs mois que j'ai eu l'idée de cette émission en tête et j'ai pu la réaliser grâce à ma belle rencontre avec Nessim BISMUTH qui co-réalise cette émission avec moi. J'espère qu'elle vous plaira et qu'il y en aura plein d'autres enregistrées à bord de nombreux beaux bateaux.

Un immense merci à toutes les personnes qui ont permis la réalisation des interviews à bord et à Lulu qui a accepté de corriger quelques coquilles du texte sur Jean-Yves TERLAIN.



Partager cet article

Repost 0
Published by notretransat650.fr - dans Mon journal de bord
commenter cet article

commentaires

Partenaire Radio

NEWS : ce blog à 5 ans !

- INDEX ALPHABETIQUE DES INVITES DES EMISSIONS

- SOMMAIRE THEMATIQUE DES EMISSIONS SPECIALES

- SOMMAIRE CHRONOLOGIQUE DE TOUTES LES EMISSIONS

Rechercher

Mentions légales

Site :    www.notretransat650.fr

Contact : thierry@notretransat650.fr

telportable

  06 29 77 40 15

Consultez ce blog depuis votre mobile

directement à l'adresse suivante :

http://notretransat650.over-blog.com/m/